Comment ça marche

Comment ça marche

Les primaires sont ouvertes aux adhérents du Likoud, membres du parti depuis au moins 16 mois (100,000 personnes environ actuellement).

Elles se déroulent deux ou trois mois avant les élections générales.

 Chaque électeur choisit parmi les candidats 11 noms - pas plus et pas moins, sinon le vote est invalidé.

Les candidats sont ensuite classés suivant le nombre de voix qu’ils ont obtenu, et certains facteurs - comme des places minimum réservées aux femmes, aux olim, aux jeunes.

D’autres places (généralement entre la 20 et 35) sont réservées aux candidats régionaux (Jérusalem, Tel Aviv etc…) qui sont élus par les membres du comité central.

Les députés déjà élus sont obligés de se présenter sur la liste nationale et ne peuvent bénéficier des places réservées aux olim, jeunes ou nouvelle femme.

La différence entre une place réaliste et une place trop lointaine peut se jouer à quelques dizaines de voix.

Sachant qu’il y a actuellement 30 députés Likoud pour une vingtaine de places réalistes, sans compter d’autres figures nationales qui vont aussi se présenter avec de fortes chances de faire un bon score (comme le maire de Jérusalem Nir Barkat), il est clair que *chaque voix compte*. 

Un groupe francophone comprenant plusieurs centaines ou milliers de membres peut jouer le rôle de faiseur de roi et décider qui sera réélu et qui ne le sera pas.

La force du groupe ne se limite pas à ses seuls membres. Il démultiplie son influence grâce à des accords avec d'autres groupes porteurs de valeurs proches et partageant les mêmes intérêts. Par exemple, lors des primaires de décembre 2012, le candidat d'origine éthiopienne sur le poste réservé aux Olim (numéro 27 sur la liste du Likoud) a obtenu 7000 voix alors que son groupe ne comptait que quelques centaines de membres. Mais il a réussi à négocier le soutien de puissants groupes, notamment sur Jérusalem. Les centaines de voix du groupe éthiopien ont été décisives dans l'élection très serrée de Doudou Amsallem au siège réservé à Jérusalem sur la liste du Likoud (numéro 21).

Ce système est incontestablement problématique et critiquable. Mais c'est le système en place et on ne peut changer les règles du jeu qu'en étant à l'intérieur et en position de force. Tout le monde joue en suivant les règles du jeu, sauf jusqu'à présent les olim de France. Il est temps de changer cela.

Les commentaires sont fermés.